Concrétiser l'Agence

 
Edito

Par Barbara Pompili,
secrétaire d'État chargée de la biodiversité

Barbara Pompili

© Bruno Perroud

La création de de l’Agence française pour la biodiversité, l’AFB, sera une des concrétisations majeures et tangibles du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.
La mission que m’a confiée Ségolène Royal est de parvenir à une adoption définitive du projet de loi au plus vite. L’année 2016 est donc celle de l’aboutissement, avec pour perspective une entrée en service de l’AFB dès 2017.

Pour garantir le succès de la future Agence, le gouvernement a adopté une méthode : préfigurer, pour mieux concrétiser. Le rôle du secrétariat d’État à la biodiversité est aujourd’hui d’accompagner et de faciliter une nouvelle phase, celle de l’installation de l’Agence, en veillant à répondre aux doutes, aux interrogations et aux impatiences, qui sont toujours légitimes en périodes de changement.

La création de l’Agence doit être une opportunité pour ses futurs agents et un atout pour la sauvegarde de la biodiversité en France. Ce nouvel outil pour les pouvoirs publics et les acteurs de la biodiversité permettra des avancées fondamentales. Tout d’abord, face aux engagements internationaux et communautaires de la France, il nous faut veiller à renforcer la cohérence, la lisibilité et la visibilité de nos actions : ce sera un des rôles de l’AFB. Au-delà d’un appui technique et financier, le travail remarquable réalisé sur chaque espace naturel s’inscrira dans une histoire collective mieux orchestrée.

À ce sujet, la coordination et la valorisation des programmes d’acquisition de connaissance et de suivi joueront un rôle clé. Par ailleurs, en parallèle des missions régaliennes dont la continuité sera bien entendu assurée, la création des piliers partenariaux en région a d’ores et déjà amorcé une dyna­ mique de fédération et d’émulation à l’échelon territorial, qui ne pourra qu’être bénéfique à l’action quotidienne des gestionnaires. Plusieurs régions se sont déjà mobilisées dans cette perspective, notamment dans les outre-mer, et je ne doute pas que nous saurons collectivement tirer parti des expériences les plus réussies.

L’occasion m’est ici donnée de saluer la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés en faveur de ce projet, en particulier tous ceux s’impliquant aux côtés de l’Aten pour maintenir et renforcer au sein de l’AFB la mission essentielle de formation des gestionnaires.