Méditerranée

Mobiliser une façade pour être efficace

 

Espaces naturels n°47 - juillet 2014

Gestion patrimoniale

Nicolas Sadoul
chef de projet Life+ ENVOLL/AMV
Adrienne Daudet
coordinatrice technique du Life+ ENVOLL/ AMV

Espèces nomades, peu fi dèles à leurs sites de reproduction, les laro-limicoles coloniaux changent très régulièrement d’endroit d’une année sur l’autre. Leur conservation ne peut donc reposer sur la préservation d’un territoire. La mise en place d’un réseau de gestionnaires était nécessaire pour protéger les lieux de nidifi cations à une échelle pertinente. Une mobilisation progressive de toute la façade méditerranéenne française.
La constitution du réseau en faveur des laro-limicoles coloniaux a été une démarche progressive. Elle a profité de l’investissement de structures clés pour sa coordination, de l’existence d’un réseau, de la mobilisation des gestionnaires et de la capacité à rassembler des ressources fi nancières suffi santes. Cette mise en réseau est aujourd’hui concrétisée dans le Life+ ENVOLL, un projet européen porté par les Amis des marais du Vigueirat (AMV) pour les 5 prochaines années.
Basés sur les suivis des laro-limicoles coloniaux de Camargue menés depuis 1956 par la Tour du Valat, les travaux de recherche (1) ont permis de mettre en évidence la perte des habitats de nidification comme principale cause de la faible productivité en poussins des colonies et le déclin résultant de leurs effectifs. Les résultats analogues du suivi mis en oeuvre en Languedoc- Roussillon depuis 1979 par le GRIVE ont permis de généraliser les enjeux de conservation et les menaces qui pèsent sur ces espèces sur le littoral méditerranéen. En informant les gestionnaires d’espaces naturels, les collectivités locales et territoriales et les services de l’État sur l’état de conservation de ces espèces, le séminaire interrégional de Sète (2) a été en 2006 l’événement déclencheur qui a permis de présenter ces résultats et de proposer une politique de conservation et de gestion interrégionale.

Avec ses terrains qui forment un chapelet de sites de première importance, c’est en toute logique que le Conservatoire du littoral s’est ensuite associé aux AMV et au Conservatoire d’espaces naturels pour une première esquisse de plan d’actions enrégion PACA et Languedoc-Roussillon. Ce partenariat a aussi permis de mobiliser des fi nanceurs. D’abord la fondation Total, mécène privilégié, puis assez facilement, les régions LR et PACA et les collectivités locales, sans lesquelles une mise en oeuvre et une animation efficace de réseau paraît illusoire. Ainsi, les premières actions pilotes ont été testées de 2007 à 2010 avec la collaboration étroite et indispensable des gestionnaires des terrains du Conservatoire du littoral, du Var jusqu’à l’Aude, associés à d’autres espaces comme ceux de la Compagnie des salins du Midi (CSME). Des aménagements conservatoires simples, tels que la création ou la restauration d’îlots associées à une gestion de l’eau adaptée, ont montré leur impact positif sur l’accueil des colonies et les succès de reproduction. Ces résultats ont été partagés lors d’un second séminaire en 2011, au mas de la Béluque, avec la participation de plus de 100 gestionnaires d’espaces naturels.

En 2011-2012, de nouveaux terrains ont été intégrés afin de réduire la fragmentation du réseau de sites. Un suivi coordonné de la reproduction sur l’ensemble des deux régions a pu être mis en place par la mobilisation du réseau des acteurs du suivi, grâce à l’écriture d’un protocole de recensement accepté de tous et l’obtention de financements pour sa mise en oeuvre. Cette seconde phase a été possible grâce à la coopération de la Tour du Valat dans la coordination du projet et à l’appui financier de l’État (DREAL), des fonds européens Feder et des collectivités. Le projet Life+ ENVOLL est la troisième phase de développement du projet. Il vise à poursuivre les actions mises en oeuvre, en associant, entre autres, la région Corse à la démarche. La Corse a en effet un fort potentiel pour l’accueil de ces espèces (lagunes de la plaine orientale et zone de passage des laro- limicoles) mais qui ne s’est jamais exprimé en raison de l’absence de sites de nidification appropriés sur les lagunes.

L’autre objectif est de pérenniser le réseau des gestionnaires et le réseau des acteurs du suivi, jusqu’à présent informels, par la création d’outils de communication et de diffusion et d’outils de formation qui répondent aux besoins des gestionnaires. Ces outils seront capitalisés aux AMV puis transférés à l’Aten et au sein du pôle-relais lagunes méditerranéennes qui assurera à terme l’animation du réseau dans le cadre de ses missions. S’appuyer sur des arguments scientifiques a contribué à convaincre l’ensemble des acteurs de l’intérêt et la pertinence d’une telle démarche. Le Life+ ENVOLL a 5 années pour renforcer ce réseau d’acteurs et le doter des outils de capitalisation et de formation nécessaires.

 

(1) Sadoul, Nicolas. 1996. Dynamique spatiale et temporelle des colonies de charadriiformes dans les salins de Camargue: Implication pour la conservation. Thèse de doctorat, Université Montpellier II, Montpellier.
(2) Pôle-relais lagunes méditerranéennes, Conservatoire des espaces naturels du Languedoc- Roussillon, association des Amis des Marais du Vigueirat, Communauté d’agglomération du bassin de Thau. 2007. Actes du séminaire interrégional sur la gestion des goélands et des laro-limicoles. 52 pages.