Milieux karstiques

Croiser les regards, partager les stratégies de préservation

 

Espaces naturels n°57 - janvier 2017

Le Dossier

Benoît Pascault, Cen Rhône-Alpes, benoit.pascault@espaces-naturels.fr,
Judicaël Arnaud, CDS 07

Gérard Issartel, LPO 07

Les milieux karstiques présentent des enjeux variés : hydrologie, géologie, biologie, archéologie, socio-économie… L'angle « habitat d'espèces remarquables » n'est pas suffisant pour convaincre et mobiliser. Afin d’appréhender ces milieux dans toutes leurs dimensions, des travaux d’approches croisées des patrimoines du karst ont été conduits.
Le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes et la Ligue de protection des oiseaux se sont associés au Comité départemental de spéléologie de l’Ardèche pour co-organiser une journée d’échanges.

Le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes et la Ligue de protection des oiseaux se sont associés au Comité départemental de spéléologie de l’Ardèche pour co-organiser une journée d’échanges. © Philippe Tyssandier

Initialement, nous faisions face à une situation de blocage. Les relations étaient crispées entre gestionnaires et naturalistes, d’un côté, qui reprochaient aux spéléologues de perturber les populations de chauves-souris en période de sensibilité, et spéléologues, de l’autre, agacés par la seule entrée « gîte à chauves-souris » et craignant également des restrictions de leurs pratiques. D’où l’absence quasi-systématique des spéléologues lors de la concertation autour des projets de gestion et l'émergence, ponctuellement, de conflits d'usage. Pour cela, il a été décidé de mettre tout le monde autour de la table pour mieux connaître les intérêts et enjeux de chacun et apaiser les tensions. 

FAIRE TOMBER LES PRÉJUGÉS

En 2012, sous l'égide de la Fondation de France, le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes et la Ligue de protection des oiseaux se sont donc associés au Comité départemental de spéléologie de l’Ardèche pour co-organiser une journée d’échanges. Représentants et pratiquants de la spéléologie, naturalistes, gestionnaires d'espaces naturels et chercheurs en géographie et sociologie ont échangé. Ce qui a permis de mieux se connaître et de lever certaines idées reçues : par exemple, sur les raisons de fermeture des grottes au public.

Par la suite, la dynamique collective est passée à la vitesse supérieure, avec la publication en 2015 d’un cahier technique Les milieux karstiques, patrimoines de la Terre et des Hommes, puis le lancement en 2016 d’un ambitieux projet commun autour des milieux karstiques. La démarche implique les spécialistes de ces milieux naturels, les spéléologues et de nombreux acteurs locaux (Agence régionale de santé, Association des maires de France, collectivités territoriales...). La mobilisation est d’autant plus facile qu’elle répond à un véritable besoin partagé : celui de disposer d'un outil commun de diagnostic et d'aide à la décision pour définir à terme des stratégies globales de préservation des milieux karstiques à petite comme à grande échelle. Toujours à l’étude, la future méthodologie repose sur une approche systémique du karst, aussi bien en surface qu’en souterrain, en intégrant notamment les activités dites « interférentes » (carrières, urbanisation, pollution...) qui influencent largement les paysages et le fonctionnement karstiques.

TOUCHER LES PROFESSIONNELS VIA LA FORMATION

Malgré ces expériences très positives, il reste souvent difficile de mobiliser les professionnels du guidage souterrain, d’où l’intérêt d’investir leurs parcours de formation pour les sensibiliser : des modules « environnement » animés par des gestionnaires d’espaces naturels et des naturalistes ont été intégrés aux diplômes d’état de spéléologie.