Une agence coeur de réseaux

 

Espaces naturels n°57 - janvier 2017

Edito

Christophe Aubel,
directeur général de l’Agence française pour la biodiversité

Ça y est, l’Agence française pour la biodiversité (AFB) est créée. La création par la loi de reconquête de la biodiversité de cet établissement public témoigne de la prise de conscience grandissante de la société vis-à-vis des enjeux biodiversité. Grandissante mais pas encore à hauteur de la réalité de ces enjeux. La biodiversité, c’est en effet bien plus que la somme des différentes espèces de faune et de flore. La biodiversité est interaction, ces interactions ont rendu la terre vivable, elles nous ont fourni, depuis toujours, de quoi construire nos sociétés et notre bien-être. De leur qualité dépend pour une large part notre avenir.

Le défi de l’agence est là : être le levier qui permettra de dépasser le plafond de verre, qui fait que malgré les alertes, malgré les progrès et des succès (ils sont réels, cette revue en témoigne régulièrement) la biodiversité, au moment des choix, passe encore trop souvent après tout le reste.

La chance de l’agence c’est qu’elle ne part pas de rien, elle bénéficie des compétences des femmes et des hommes qui travaillent dans les établissements qui la composent : l’Agence des aires marines protégées, l’Aten, les Parcs nationaux de France, l’Onema, mais aussi les personnels venus de la Fédération des conservatoires botaniques nationaux et du Muséum national d'histoire naturelle. Sans oublier les synergies que va permettre, dans le respect des prérogatives de chacun, la relation forte instaurée par le rattachement entre les parcs nationaux et l’AFB.

Nous inscrirons donc notre action dans la continuité de l’action de ces organismes, et nous déploierons progressivement nos nouvelles missions en appui des politiques publiques. D’abord avec une feuille de route 2017, puis via un contrat d’objectif et de performance qui interviendra à partir de 2018.

Le défi à relever est néanmoins immense, pour le réussir je ne connais qu’une méthode : celle du collectif. L’agence a une réelle force de frappe, mais l’AFB sera autant une agence qui fait qu’une agence qui aide à faire. Une agence coeur de réseaux, qui travaillera avec la société civile, les acteurs socio-économiques, les collectivités, et qui mobilisera nos concitoyens, pour donner à la biodiversité la place qui est la sienne : à savoir le fondement sur lequel nous reposons et dont notre avenir dépend.